4ème partie

Synopsis, page 5

Durant les pérégrinations du prince Djem, en France d’abord puis en Italie, Mourad, son fils aîné, est instruit à Rhodes à la difficile école des pages du grand maître. Les Chevaliers lui enseignent principalement les armes, les langues et la médecine ; il se fait chrétien est prend le nom du plus grand des apôtres : Pierre.
En novembre 1489 arrive au Vatican une délégation en provenance de l’île des moines. Outre de nombreux chevaliers, elle comprend un officier de Bayezid porteur d’une lettre pour le prince, mais surtout son fils, âgé de quatorze ans, qui n’avait pas revu son père depuis douze années.
Djem, illuminé par ces retrouvailles se sent renaitre à la vie.
Le lecteur découvrira dans « Djem, un prince dans la tourmente » comment Pierre, bien plus tard, parce qu’il était le fils de Djem et en raison de son apostasie, a été étranglé avec deux de ses fils par Soliman le Magnifique, petit neveu de Djem.
Toutefois, fort heureusement pour la postérité, Pierre avait engendré deux autres garçons : les princes Pierre Oshin Sayd, né à Rome en 1500, et son frère Nicola Sayd, né à Rome en 1505.
Le premier nommé, Pierre Oshin Sayd, est l’ancêtre de l’actuelle famille de Said.
L’actuel porteur du titre en est le Prince Guiseppe Said :
Prince Guiseppe Said, 17e de la lignée
13e Prince de Bibino Magno
13e Vicomte de Said
Comte de l’Empire Byzantin
Héritier de la Maison Royale
des Lusignan de Chypre

Son fils, né à Sydney en 1971, est le :
Comte Charles Vassallo,
Futur 14e Prince de Sayd & de Bibino Mago

On recense, depuis la fin du XVe siècle, plusieurs milliers de descendants connus du prince Djem.
Dispersés sur le globe, on trouve des cousins plus ou moins proches notamment en Australie, aux USA, à Malte, en Ecosse et en Russie, mais pas seulement… Notez que toutes les familles nobles de Malte, et elles sont fort nombreuses, sont toutes descendantes du prince Djem.

Pour en savoir plus sur les descendants du Prince Djem ou de la famille actuelle des Princes de Sayd, suivez les liens des sites internet du Comte Charles Vassallo, responsable de la généalogie des familles nobles de Malte :

www.maltagenealogy.com/libro%20d’oro/said.html

www.maltagenealogy.com/titles/LP-saydprincipe.htm

http://user.orbit.net.mt/fournier/said.htm

www.maltagenealogy.com/

Extrait de « Djem, un prince dans la tourmente »

17 octobre 1492

Ce soir, le pape Alexandre VI donne, au Vatican, une réception exceptionnelle. Y sont conviés de nombreux cardinaux et autres prélats, mais surtout bon nombre de princes et d’ambassadeurs, représentants de nombreux pays d’Europe en relation régulière avec le Saint-Siège.
Les invités d’honneur en sont le prince Djem et son fils aîné Mourad, que les Hospitaliers ont baptisé Pierre, lequel réside en Italie depuis deux années. Cette cérémonie est en effet prévue apporter aux enfants du prince, et particulièrement à Pierre, la légitimité des titres de noblesse de leur père.
Dans la grande salle du palais apostolique, le pape siège sur un trône digne de sa Béatitude. Les cardinaux, installés selon le protocole, forment un demi-cercle face à Alexandre VI, à l’exception des deux sièges contigus au trône réservés, à gauche du pontife, pour le prince Djem, à sa droite pour Mourad-Pierre. Les chefs d’Etat, ambassadeurs et autres émissaires ont été placés derrière les cardinaux selon l’usage et la bienséance.
Sur un signe du grand maître des cérémonies, un huissier introduit Djem et son fils qui tous deux viennent se placer devant le Saint-Père. On présente alors à Alexandre un plateau d’argent sur lequel est déposé un rouleau de parchemin. Alexandre VI s’en saisi, puis tend à Djem la bulle qui confirme à son fils aîné le titre de noblesse créé ce jour pour Pierre et ses descendants. Ce faisant, Alexandre VI Borgia fait cette déclaration :

Altesse Djem Sayd, fils du Très Grand et redouté Sultan Mehmet II, par l’autorité de Dieu tout-puissant et la nôtre, par les pouvoirs à nous conférés :
» Tandis que le très vénérable Ordre de Saint-Jean de Jérusalem vous a reconnu, en 1482, par la voix de son très distingué et éminent magistère Pierre d’Aubusson, prince de sang prétendant au trône de Constantinople ;
» Qu’il vous a reconnu comme étant Altesse Impériale et « Sultan Djem Sayd de l’Empire ottoman » ;
» Qu’à cette occasion il vous a fait « Chevalier de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem » ;
» Tandis que Son Altesse le roi Très-chrétien Charles VIII de France a, en 1484, reconnu en vous un prince de sang royal relevant de la Famille Impériale de l’Empire ottoman ;
» Que ladite reconnaissance est également admise pour vos héritiers, pour l’avenir et pour toujours, nous, Alexandre VI, avons l’honneur et le privilège de reconnaître notoirement ce jour votre noble descendance de la dynastie des Oghouz, de sang Royal et Impérial, et créons un nouveau titre de noblesse.
» Celui-ci sera strictement conféré à tous vos descendants élevés dans la foi chrétienne, donné perpétuellement et par ordre de primogéniture aux hoirs mâles de votre sang, et ce tant que perdurera votre filiation.
» En foi de quoi, votre premier fils présent ce jour à nos côtés, né en pays Turc, à Konya en 1475, instruit dans la religion catholique Romaine, légitimé « prince de sang », est fait par nous :

« Prince Pierre Mehmet Sayd de l’Empire Ottoman »
« 1er Prince de Sayd »

Le titre donne par nous au prince Pierre Mehmet Sayd, ainsi qu’à son fils aîné et à ses futurs descendants, le droit de siéger sur le trône de votre père et du père de votre père.

Djem prend le précieux document des mains du pape auquel il donne l’accolade, comme il a désormais coutume de le faire au mépris de l’étiquette et de toutes les convenances, ce dont nul dans l’assistance, pas plus qu’Alexandre, ne semble contrarié. Puis, fort ému, le prince balbutie quelques mots de remerciements.
A son tour de rendre hommage au pape, Pierre s’agenouille devant le Saint-Père et, en bon chrétien, après lui avoir baisé le pied et la main selon la coutume des non-croyants, le remercie, la gorge quelque peu nouée par l’importance de l’évènement. Le pontife relève Pierre et l’embrasse, après quoi, le père et le fils ayant pris place sur leur siège respectif, un par un, les souverains présents ou leurs représentants viennent à leur tour remettre à Djem une attestation de reconnaissance, par leur Etat, du titre de noblesse dévolu au fils du prince. Ce sont :…

Citation célèbre

Quand le moment viendra que je quitte la terre,
Étant le jour, j’irai rentrer dans la lumière ;
Dieu dira : « du sultan je veux me rapprocher. »
L’aube prendra son astre et viendra me chercher.
L’homme m’adore avec des faces d’épouvante ;
L’Orgueil est mon valet, la Gloire est ma servante ;
Elle se tient debout quand Zizimi s’assied.

Victor Hugo, La légende des siècles

Les ancêtres du prince Djem

Xe siècle Au contact de la dynastie persane des Samanides, les Turcs-Ouïgour se convertissent à l’islam.
V. 1040 Arrivée en Asie Mineure de la tribu des Seldjoukides.
1055 Le calife de Bagdad fait appel au chef des Seldjoukides Toghrul Beg pour protéger sa ville. Toghrul devient le protecteur du calife qui lui confère le titre de sultan et dont il épouse la fille.
XIIe siècle Les Seldjoukides fondent sur le plateau d’Anatolie un État fort dont le centre est Konya.
Milieu du XIIIe siècle L’invasion des Ilkhâns mongols, héritiers de Gengis Khân entraine le déclin du sultanat turc seldjoukide. Les tribus turcomanes constituent des émirats indépendants.
Début des Ottomans
Vers 1260 Règne d’Ertoghrul Selon la légende, Ertoghrul reçoit la région de Söghüt avec mission de la défendre contre les Byzantins.
V.1280 Règne d’Osmân Osmân succède à son père (N-O de l’Anatolie)
Conquête de la Phrygie septentrionale et de la Bithynie orientale.
1324-1362 Règne d’Orkhân 1326 : Prise de Bursa (Brousse) qui devient capitale de l’État ottoman.
Prise de Nicée (Iznik) en mars 1331.
1362-1389 Règne de Murâd 1er Premier grand conquérant ottoman sur le continent européen, il profite des rivalités entre Constantinople et Rome, et entre Venise et Gênes.
1365 : Erdine devient la nouvelle Capitale de l’État ottoman.
Prise de Sofia (1385) et de Salonique (1387)
1389, 15 juin : Au cours d’une bataille à Kosovo, Murâd 1er est tué. La Bulgarie passe au pouvoir des Ottomans.
1389-1402 Règne de Bayezid 1er surnommé « La Foudre » L’Empire, solidement établi dans les Balkans, possède la suzeraineté sur la Serbie, la Bosnie et la Valachie.
1395-1397 : Siège de Constantinople
1402, 20 juillet : Proche d’Ankara, victoire de Tamerlan sur Bayezid. Prisonnier, Bayezid décède le 8 mars 1403
1413-1421 Règne de Mehmed 1er Tchelebi Restauration des frontières de l’Empire d’avant 1402.
1421-1444 & 1446-51 Règne de Murâd II 1430 : Conquête de Thessalonique/Salonique.

1446 : Conquête du Péloponnèse.

1459 22 décembre : naissance de Djem, 3e des 4 fils de Mehmed II. La mère de Djem est vraisemblablement la princesse Serbe Cicek Hâtun.
1451-1481 Règne de Mehmed II Le père de Djem est surnommé Fâtih (Le Conquérant) après la prise de Constantinople le 29 mai 1453.
1458 : Installation de Mehmet II à Istanbul, qui devient la capitale de l’Empire.
1458-1459 : Conquête de la Serbie, excepté Belgrade.
1460 : Conquête de la Morée.
1461 : Conquête des ports de la mer Noire (Trébizonde).
1462 : Annexion de la Valachie.
1463 : Conquête de la Bosnie.
1470 : Conquête de l’Eubée.
1478 : L’Albanie devient province ottomane.
1480 : Siège de Rhodes et expédition en Italie (Otrante).

La maison Said-Vassallo

Que l’internaute comme le lecteur nous pardonne les petites erreurs toujours possibles.
Ainsi dans le livre, le Prince Giuseppe Said, Prince actuel de la famille et père du Comte Charles Vassallo est indiqué comme étant le 12e Prince de Bibino Magno. Il s’agit en fait du 13e, le tableau ci-dessus fait donc référence.
Tous mes respects et marques d’amitiés à Josette TAVERA, descendante : d’une part de Juan Antonio Pagano Nobile TAVERA, espagnol d’origine, lequel est le fondateur du beau village de Tavera en Corse-du-Sud (première maison appelée Casalta en 1622) où se réfugia un temps, alors Capitaine d’artillerie, un certain Napoléon Bonaparte (Wikipédia), et d’autre part du sultan Djem. Ses liens de parenté avec le noble personnage, désormais authentifiés par le Comte Charles VASSALLO, sont portés sur l’arbre généalogique du futur 18e prince de Said.

Les commentaires sont fermés.